Routes des Vaudois

Le « Glorieux Rapatriement des Vaudois » est un itinéraire historique et culturel sur les 6 étapes au Piémont de la traversée alpine épique qui amena, en août 1689, un millier de Vaudois et de Huguenots à retourner sur leurs terres, au Val Pellice, Val Germanasca et Val Chisone, après un exil forcé de trois ans suite à l’Edit de Nantes et aux persécutions religieuses à l’égard de la communauté protestante piémontaise. Le parcours actuel fait partie des « Routes des Huguenots et des Vaudois », reconnu comme Itinéraire Culturel Européen par le Conseil d’Europe.

Du Petit Mont Cenis jusqu’à Bobbio Pellice, des villages et de petites villes révèlent, étape après étape, une dimension qui allie le charme d’usages, langues et traditions et une beauté naturelle particulière, entre forêts et vallées. Un système muséal diffus contribue à répandre la connaissance du patrimoine culturel vaudois florissant présent dans les vallées piémontaises. Ce système comprend le Musée Vaudois de Torre Pellice, le Musée de San Germano Chisone, celui de Prali, au Val Germanasca, le Musée des Femmes Vaudoises et le Musée Ecole Odin Bertot à Angrogna, ainsi que la particulière Ecole – Musée Beckwith à Pramollo, outre les lieux de culte et de culture.

Les conflits historiques dans ces vallées de frontière sont témoignés par des édifices militaires. Sur le côté gauche de la Vallée du Chisone se dresse la plus grande forteresse d’Europe : la Forteresse de Fenestrelle. Cette architecture colossale en maçonnerie, qui s’étend sur 3 kilomètres sur l’arête du Monte Orsiera avec plus de 600 mètres de dénivelé, est le noyau du système de défense réalisé au XVIIIe siècle par l’architecte Ignazio Bertola pour la maison de Savoie. Seconde par dimensions à la Muraille de Chine, aujourd’hui cette forteresse est accessible par des visites guidées. Ceux qui aiment marcher peuvent y arriver à partir du Sentiero dei Cannoni, parmi les itinéraires verts du Parc Naturel Régional Orsiera Rocciavrè. Situé entre l'Orsiera et le Parc naturel du Gran Bosco di Salbertrand, Usseaux est un authentique joyau alpin à découvrir le long des sentiers thématiques qui relient ses 5 hameaux. Ce petit monde de murs peints et cadrans solaires peints, marqueterie en bois et lavoirs, fours et moulins du XVIIIe siècle figure à plein titre parmi les 14 « Borghi più belli d’Italia del Piemonte » (Plus beaux villages d’Italie et du Piémont »). Il est aussi Village Durable du Piémont et Pavillon Orange du Touring Club.

En descendant vers le Val Germanasca, sur le Sentier du Ramìe à travers les vignes de Pomaretto, le monorail introduit récemment pour faciliter les cultures de ces pentes ensoleillées fait comprendre pourquoi ce vin rouge (aujourd’hui Pinerolese DOC) est appelé « héroïque ». A Prali la visite de l’Ecomusée des mines et de la Vallée Germanasca est une étape classique qui raconte le travail des paysans-mineurs locaux dans les deux mines Paola et Gianna.

Pour ceux qui n’arrêteraient jamais de marcher et aiment les randonnées de plusieurs jours, l’itinéraire sur les traces des Vaudois croise plusieurs sections de la GTA (Grande Traversée  des Alpes) au Piémont et d’autres tracés du réseau régional de randonnées. Sans oublier l’Anneau des Vallées Vaudoises, qui en 8 étapes (pour environ 120 km au total) relie Angrogna à Bobbio Pellice, Rora’, Torre Pellice et Villar Pellice.

A l’entrée du Val Chisone et du Val Germanasca, dans une large plaine au pied des Alpes Cottiennes, se dresse Pinerolo, capitale au Moyen Age du petit royaume des Acaja (branche cadette de la maison de Savoie). L’histoire de Pinerolo, qui fut aussi une ville-forteresse, surtout à l’époque napoléonienne, est documentée par le Musée national de la Chevalerie, dédié à l’Ecole militaire de Chevalerie fondée en 1849 pour former la noblesse militaire et par le Musée Historique de Secours Mutuel , dans l’ancien siège où vit le jour, le 12 octobre 1848, la Società Generale Operaia, première Société Ouvrière de Secours Mutuel fondée en Italie.