Le Chemin du Ciel. La Via Francigena au Piémont

« Porte d’entrée » millénaire des voyageurs, pèlerins et marchands en transit des Alpes à la plaine du Pô, le Piémont est traversé par de longues sections de la Via Francigena, parcourue en 990 par l’archevêque Sigerico lors de son voyage de retour de Rome à Canterbury. L’ancienne route principale conserve aujourd’hui le charme d’une aventure du passé.

A pied, en voiture, en VTT, en moto, et dans certaines parties même à cheval, la Via Francigena peut être parcourue le long de 4 artères principales : la Via Francigena de la vallée de Suse, qui du Col du Montgenèvre et du Mont Cenis descend jusqu’aux portes de Turin ; la Via Francigena Morenico - Canavesana, qui s’étend dans la région autour d’Ivrea ; la section Turin – Vercelli, entre la noble capitale baroque et la plaine cultivée avec du riz ; au final, la section qui du  Monferrato Astigiano et Alessandrino s’étend jusqu’à la Ligurie et à la mer.

Déclarée en 2004 Grand itinéraire culturel européen par le Conseil de l’Europe, au Piémont la Via Francigena s’étend sur 650 kilomètres et traverse 4 parcs naturels, reliant 107 communes de cinq provinces : Turin, Vercelli, Biella, Asti et Alessandria. Qu’il s’agisse d’une simple promenade, d’une balade en famille, d’un circuit à deux roues ou d’une randonnée plus exigeante, c’est une harmonie parfaite entre art, architecture et environnement naturel qui conquiert l’esprit. Pour nous surprendre, il y a de précieux témoignages allant de l’art roman (en particulier, entre Turin, Asti et Vercellese) au Baroque, avec des exemples tels que le Sacro Monte de Crea, dans la province d’Alessandria, ou le Château de Rivoli, Résidence Royale de la maison de Savoie projetée vers l’avenir grâce au Musée d’art contemporain qu’elle accueille dans ses salons depuis 1984.

 

Au fil du temps, un dense réseau de sentiers s’est développé à partir de l’itinéraire historique qui vaut la peine d’être découvert, dans une gamme de paysages façonnés par des collines et des églises médiévales, des voies navigables et des forteresses. Le Sentier des Francs, par exemple, parcouru selon la légende par Charlemagne pour encercler les forces lombardes barricadées au pied de la Sacra di San Michele della Chiusa. Sur environ 60 kilomètres cet itinéraire écotouristique relie la monumentale Sacra di San Michele à la ville d’Oulx, en passant par des vieux villages caractérisés par des édifices d’architecture sacrée et pénétrant dans la riche biodiversité du Parc Naturel du Gran Bosco di Salbertrand et du  Parc Orsiera Rocciavrè. Parmi les variantes les plus suggestives, il y a aussi la Via Romea Canavesana, qui à partir d’Ivrea monte jusqu’ à l’amphithéâtre morainique, avec une vue spectaculaire sur le Lac Viverone et sur le groupe de 5 lacs, pour se jeter dans la plaine de Livorno Ferraris et de Vercelli, là où la Via Francigena rejoint la branche venant du nord de l’Europe, entre granges, héronnières et le calme de la « mer à damier » des rizières.

Aujourd’hui la Via Francigena et la Sacra di San Michele, monument symbole du Piémont, sont candidats pour entrer sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que site sériel transrégional. En particulier, la Sacra fait partie intégrante du « paysage culturel des installations bénédictines de l’Italie médiévale ».